Votre sommeil, parlez-en à votre médecin.

En attendant les conseils et les recommandations de votre médecin, voici ce que nous pouvons vous préconiser :

 

La priorité est d’instaurer une hygiène du sommeil :

  • Le soir : éviter des boissons stimulantes (café, thé, coca, alcool), des boissons diurétiques (bière, certaines tisanes amaigrissantes), les repas trop lourds (digestion difficile) ou au contraire la sous-alimentation (sensation de faim), un exercice physique intense, une activité trop fortement émotionnelle.
  • Manger léger : choisir des sucres lents, produits laitiers, boire une tisane sédative (camomille, tilleul, verveine, fleur d’oranger).
  • Surveiller les signes de début de cycles du sommeil.
  • Dans la journée : avoir une activité physique et intellectuelle régulière.
  • Une douche ou un bain chaud peut être relaxant

En second, les facteurs responsables ou favorisant un mauvais sommeil doivent être recherchés:

  • Facteurs environnementaux : abolir tout appareil de télévision ou radio dans la chambre. Choisir une bonne literie et organiser la disposition du lit et des meubles. Eliminer le bruit, réguler la température de la pièce.
  • Il existe une interaction certaine entre travail et sommeil, l’un pouvant dérégler l’autre. Parfois rien n’est évident, mais il faudra tenter d’identifier une cause provenant de ses conditions de travail. S’il est possible d’y remédier : c’est encore mieux !
  • Il est possible qu’une insomnie récente soit liée à la consommation d’un médicament nouvellement prescrit. Dans ce cas, n’arrêtez pas brutalement ce médicament mais téléphonez au médecin qui l’a prescrit pour obtenir son avis.

Ne jamais vous précipiter sur un somnifère ou pire : augmenter la dose de celui qu’éventuellement vous prenez. Temporisez. Si les règles décrites plus-haut ne suffisent pas, testez les traitements suivants.

(toujours lire les notices des médicaments et respecter les contre indications)

Pour un traitement allopathique d’un trouble du sommeil, le recours au médecin est obligatoire. Lui seul pourra déterminer si le trouble du sommeil est lié ou non à une dépression et de ce fait, pourra adapter le traitement. Aucun médicament allopathique efficace ne peut être délivré sans ordonnance

Les troubles du sommeil sont un motif de consultation de plus en plus fréquent du médecin homéopathe. Le patient vient chercher une solution douce afin de se sevrer de médicaments dont il souhaite se débarrasser (cas des insomnies chroniques) ou bien afin d’éviter de recourir à des médicaments dont il craint les effets secondaires et notamment le risque de dépendance.

Dans le cas d’insomnies anciennes, souvent fortement médicamentées, il est nécessaire d’avoir recours au médecin expert qui seul saura accompagner le patient dans sa demande de sevrage.

Dans le cas d’insomnies aiguës, nous pouvons vous proposer divers médicaments rapidement efficaces :

Difficultés d’endormissement :

  • COFFEA 15CH : hypervigilance et afflux excessif d’idées enrayant l’endormissement. Il peut s’agir d’émotions joyeuses. Prendre 5 granules 1 à 2 fois avant le coucher.
  • GELSEMIUM 9 ou 15CH : insomnie faisant suite à une mauvaise nouvelle ou à une peur. De même, Gelsemium est indiqué chez le sujet qui a peur de ne pas dormir. Prendre 5 granules 1 heure avant le coucher.
  • ARGENTUM NITRICUM 9 ou 15CH : indiqué également dans les appréhensions de ne pas dormir qui demandent un long moment avant de tomber de sommeil et qui s’accompagnent d’agitation et de désordres digestifs (maux d’estomac). Prendre 5 granules 2 fois pas jour : matin et soir.
  • NUX VOMICA 9 ou 15CH : difficultés d’endormissement alors que le sujet s’endort devant la télé dès le repas terminé. Ou bien : réveil vers 4 heures du matin et tendance à se rendormir au moment de se lever. Ce sujet consomme trop d’excitants dans la journée, il est souvent trop sédentaire. Prendre 5 granules au coucher.

Quelques cas très particuliers :

Réveils systématiquement vers minuit et état anxieux : ACONIT 15CH,  granules au coucher ;

Réveils entre 1H et 3H avec agitation anxieuse : ARSENICUM ALBUM 9 CH, 5 granules au coucher ;

Réveils vers 4H : NUX VOMICA, voir plus haut.

Difficultés de sommeils après effort musculaire excessif : ARNICA 15CH, 5 granules 2 à 3 fois par jour dont une fois au coucher.

Les plantes indiquées ci-après sont régulièrement citées dans les traités de phytothérapie. Les plantes entières ou leurs parties les plus riches en principes actifs sont à prendre selon les conseils de ceux qui les ont préparées et qui les commercialisent. Selon les préparations, elles pourront être prises soit en infusion, décoction ou macération, soit en gouttes, en gélules…ou encore certaines pourront être incorporées à votre alimentation.

De nombreuses plantes ont une action sur le système nerveux et le psychisme. Nous citerons plus spécifiquement :

  • Valériane : »l’herbe aux chats »
    • Vertus : propriétés sédative, relaxante et somnifère marquées.
    • Indications médicales : états anxieux, insomnies, syndrome prémenstruel.
  • Aubépine :
    • Vertus : action régulatrice du rythme cardiaque. Elle est par ailleurs un somnifère efficace.
    • Indications médicales : états anxieux avec palpitation et insomnie d’endormissement.
  • Passiflore : « fleur de la passion »
    • Vertus : elle a un potentiel sédatif, tranquillisant et antispasmodique. Elle est capable de réguler progressivement une insomnie tenace. Aucune accoutumance à la passiflore (alcaloïdes) n’est connue.
    • Indications médicales : souvent employée pour faciliter l’endormissement et comme complément dans les douleurs. Elle peut également représenter un bon moyen de sevrage des hypnotiques usuels.
  • Ballotte :
    • Vertus : capacité neuro-régulatrice marquée. Elle a des propriétés antispasmodiques, sédatives, anxiolytiques et antidépressives. Son pouvoir est complémentaire du magnésium.
    • Indications médicales : insomnies, états dus au stress ou à l’anxiété avec spasmes digestifs et dans la spasmophilie.
  • Houblon :
    • Provenance géographique : plante, sauvage à l’origine mais cultivée depuis le XIème siècle et qui
    • Principes actifs : (tige et fleurs) substances amères, flavonoïdes, huile essentielle et dérivés oestrogéniques.
    • Vertus : servant à la fabrication de la bière, le houblon revient également souvent dans les traités de phytothérapie de par certaines propriétés médicales : facilitation de la digestion (substances amères), action antispasmodique et sédative.
    • Indications médicales : a été utilisé avec succès dans les insomnies (en particulier si trouble de la digestion), les états dépressifs (et dans les troubles des règles).
  • Coquelicot :
    • Vertus : effet régulateur sur le sommeil, la nervosité et l’anxiété. Les alcaloïdes du coquelicot ont une efficacité voisine de ceux du pavot officinal mais à un niveau plus faible. Il n’y a pas d’accoutumance connue.
    • Indications médicales : crises d’anxiété avec insomnie.
    • Pour mémoire, nous citerons également les plantes qui reviennent souvent à l’esprit à l’heure de la tisane du soir : camomille et tilleul faciliteront l’endormissement.

Vous trouverez en pharmacie plusieurs propositions d’oligoéléments : en capsules, en gouttes, en flacons, en ampoules buvables, en granules…Les vitamines sont présentées dans le commerce sous forme de complexes les associant toutes ou certaines et parfois les combinant avec des oligoéléments. Les concentrations, donc les posologies (doses et fréquence de prises à respecter) ne sont jamais les mêmes. Il vous faudra donc prendre le temps de discuter avec celui qui vous les vend afin de n’absorber que la dose requise.

  • Lithium : rôle stabilisant de l’humeur
  • Magnésium : régulateur et neurosédatif, calme la neurodystonie
  • Vitamine B1 : réduit la sensation de fatigue
  • Vitamine B3 : régule les troubles du comportement et l’anxio-dépression
  • Vitamine B6 : favorise la synthèse des neuro-transmetteurs.
  • Vitamine C : elle « réveille »

Différentes techniques de relaxation, la sophrologie contribue favorablement à lutter contre les troubles du sommeil. Ces disciplines sont suffisamment répandues pour que chacun puisse en bénéficier.

+

LISEZ CECI ...

Avant toute auto-médication ...

Les préconisations de ce guide sont adaptées aux hommes et femmes adultes sans traitement de longue durée. Pour les enfants, les femmes enceintes, les malades chroniques, votre médecin traitant est le mieux placé pour vous conseiller.

Le but de ce site est de vous aider à faire un diagnostic le plus précis possible selon vos symptômes. Lorsque l'effection est bénigne et du ressort de l'automédication, ce guide vous propose le traitement approprié.

Dans les autres cas, nous vous conseillons de consulter un  médecin. Non pas que votre cas soit nécessairement grave, mais les symptômes ne sont pas assez précis ou l'automédication n'est pas appropriée.

Si le traitement proposé ne donne pas d'amélioration au bout de quelques jours, consultez un  médecin.

+

En savoir Plus ...

Il est facile et rassurant de faire faire un bilan du sommeil par un spécialiste qui procèdera à un enregistrement des ondes cérébrales et cardiaques, de la respiration et même de l’oxygénation du sang pendant une nuit complète. S’il y a pathologie, l’enregistrement le met en évidence.

HAUT