DIAGNOSTIQUER

Vous aider à mettre un nom sur l'affection correspondant à vos symptômes

INFORMER

Vous donner des renseignements précis sur cette affection.

SOIGNER

Vous indiquer les remèdes d'automédication les mieux adaptés à votre situation.

Localisez votre mal et nous vous guiderons pour la suite ...

Du problème à la pathologie

Vous êtes tenté par l’automédication ? Bienvenu !

La médecine est une science complexe. Bien que celle-ci ait fait des progrès considérables ces dernières années en compréhension de la physiologie, en diagnostic des maladies, en découvertes de traitements de plus en plus ciblés et individualisés, personne ne sait toujours définir correctement la notion de bonne santé ni de maladie.

Pour rester simple, nous admettons que l’organisme (cerveau compris) est en équilibre permanent et instable.

  • En équilibre on a un ressenti de bien-être.
  • Des stress comme le froid, l’humidité ; la chaleur, les agressions virales et autres, les traumatismes, etc. tendent à rompre l’équilibre, entraînant l’apparition de manifestations souvent désagréables et gênantes.

Habituellement, lorsque l’organisme repose sur une base saine, le retour à l’équilibre est rapide et les signes disparaissent dans le même temps. En cas d’organisme défaillant ou vieillissant, de stress intense ou répété, d’agressions importantes, de pathologie chronique pré existante, le retour à l’équilibre peut devenir compliqué, les symptômes s’intensifient et deviennent durables, de nouveaux apparaissent, la pathologie s’installe.

L’automédication ne s’adresse qu’aux affections simples. Les buts de l'automédication sont de diminuer la gêne occasionnée et de faciliter un retour rapide à l’équilibre. On laissera aux médecins le soin de diagnostiquer et de traiter les pathologies ne relevant pas de l'automédication.

Comment utiliser l'automédication ?

Dans ce site, pour chaque zone de l’organisme, nous classons les symptômes, en commençant par les signes évoquant une pathologie. D’emblée vous êtes fixé sur la possibilité ou non d’une automédication.

  • Si vous avez répondu- en général : « oui » - à une ou plusieurs de ces premières questions, vous êtes en quelque sorte « éliminé » de l’automédication. Il n’y a pas de piège et nous vous conseillons fortement de consulter un médecin pour un diagnostic.
  • A l’inverse - si vous avez répondu « non » à toutes les questions, de nouvelles questions continuent pour mieux vérifier votre affection et vous proposer un choix de traitements d'automédication : allopathiques, homéopathiques ou phytothérapiques.

Dans les onglets « en savoir plus », nous développons un peu plus le sujet, pour mieux satisfaire votre curiosité. Et nous vous proposons des adresses de site, pour en savoir encore plus, si vous le souhaitez.

« Conseils généraux, conduite pratique » : ne négligez pas ces conseils, ils sont destinés à renforcer votre base pour une disparition rapide de l'affection, en accompagnement de l'automédication.

« Recours au médecin » : considérez avec attention ces conseils lors de l’automédication, car ils signalent les moments où l’automédication doit être abandonnée car le problème est devenu plus compliqué qu’au début des symptômes.

HAUT